Dassine Oult Yemma, poétesse targuie

 Temps de lecture : 5 minutes.

 

Dassine Oult Yemma portrait sepia

 

Aujourd’hui, je partage avec vous mon inspiration poétique, hommage à une femme et poétesse targuie, Dassine Oult Yemma, sans doute méconnue par beaucoup en Europe, mais qui est un trésor pour le patrimoine culturel du XIXe. Vous trouverez ensuite quelques liens d'articles et vidéos pour approfondir le sujet. 

 

 

Dassine, voix du désert, femme à la beauté d’erg, rose intemporelle d’un matin dunaire, offre la lune d’un visage de sel, pupille targuie d’un puits, source à l’embouchure du temps, voile indigo flotté dans l’onde du vent... Poésie.
 

La clé de tous les possibles enfouit sa danse sous la tradition orale du feu. L’imzad2 vibre contre le corps des femmes musiciennes.
 

Le désert est vie pour le chercheur d’oasis, palmeraie insulaire, miroir d’étoiles, boussole du voyageur. La caravane balance la torpeur du silence dans le grain d’un espoir : chant universel, sable coulé au creux d’une main rougie d'henné.
 

Dassine élève ses mots en tamasheq3 altier dans la nuit bleutée, envoûtement des hommes :
 

- L'eau elle-même sait nous dire « Je t'aime » en posant sur nos lèvres le meilleur des baisers.4
 

  
Pour aller plus loin :
 
 

 

Si vous avez d'autres sources ou quelques connaissances sur le sujet, partagez-les en commentaires. Merci !

 

****

 
Dassine Oult Yemma, poétesse targuie du XIXe, « Sultane du désert », appelée aussi « la plus grande sultane d'amour », car messagère de paix entre les Touaregs dissidents. Contemporaine de Charles de Foucault. Source : Dassine, poétesse de l'Ahaggar 
  
2 L’imzad est un violon à une corde, instrument réservé aux femmes.
 
3 Le tamasheq est une langue touareg.
  
Extrait d’un poème de Dassine, traduit du tamasheq. 
 
****
 

 

 

Sandra Dulier, Plume Funambule

MES LIVRES


 

 


✑ Poésie ✑ Journée de la femme ✑ Poétesses

Ajouter un commentaire