Plume funambule


J'aimerais parfois une plume volubile,  

grimpante aux cimes de la parole,  
caressante... nuage et vent.  

J'ignore le puits d'écriture  
et j'implore dame Lune  
au soleil couchant. 

Je danse les chants millénaires,  
je cueille l'herbe folle  
des rêves inavoués  
et les sème dans les sillons
inconnus et fertiles d'autres regards.  

Les mots sont des harpistes volages  
qui saltimbanquent le temps et l'espace  
d'irrationnelles beautés.

Je joue entre le nom et le verbe,  
glissant au dictionnaire de ma calligraphie  
ces néologismes tintant mes lignes de troubadour.  

De mes châteaux parcourus,  
d'Espagne ou celtiques,  
je promène mes rubans de velours  
sur le ciel des anges.  

Je suis vagabonde, baladine,  
de tulle et de fer,  
d'infinis vertiges  
dont se pâme le jour. 

Quand le printemps murmure l'été
de mes automnales hivernées,  
je frissonne et cueille les fruits  
de mes voyages et de mes errances.  

Si le poète doit avoir un linceul,  
que celui-ci soit parsemé  
des roses blanches de la pureté.

Mon âme de bohème parfois se déplume,  
mais la mue d'un oiseau,  
plus anonyme que le serpent,  
transpire l'air d'un envol  
bien plus léger qu'un aéronef de papier. 

L'artiste ignore les sentiers de ses clartés  
et les jardins de ses enfantements.

Oui, j'aimerais parfois une plume volubile,  
grimpante aux cimes de la parole.  

Patientant cette clé du Sublime,  
je cueille les silences en rosée  
et je souris au vent.

 

© Sandra Dulier - Découvrir Carnets poétiquesTheBookEdition, 2016, Salon du Livre de Paris 2017Sandra Dulier sera présente au Salon de Bondues (Lille) le samedi 24 mars 2018 de 09h à 19h30. Venez la rencontrer en toute simplicité.