La vie est un poème inachevé

Dedicace bondues mars 2018

 

   

Quand j’ai commencé à écrire du haut de mes 6 ans, après les lectures assidues de Maurice Carême, aurais-je imaginé le parcours qui m’attendait ?

Quand j’ai patiemment mis en ligne mon premier blog Horizons, Internet m’était pratiquement inconnu car j’étais connectée depuis 2 mois seulement ! Et j’ai appris, m’améliorant chaque jour, observant et découvrant un nouvel univers : le Web.

Quand j’ai publié mon premier livre, jamais je n'aurais rêvé que je signerais à Bruxelles et Paris, qu’il y aurait 5 interviews sur mon parcours, des expositions, des dédicaces, de si belles et intenses rencontres.

Mon histoire d’auteure est la découverte d’un chemin. Chaque pas nouveau a provoqué tant de possibles extraordinaires ! D’un simple rituel d’écrire est né un réseau de lecteurs fidèles et encourageants.

Certains me suivent depuis le début, ont lu mes premiers billets, suivi mes pages Facebook, rejoint mon compte Twitter, puis Google+, Pinterest et enfin Instagram. Mes textes voyagent... Quelques traits sur le papier, un souffle discret, des moments d’amour et de silence, des instants de vie... Quelques lettres sur le bord d’une table, d’un banc, d’un lit... Quelques mots et Vous !

Que dire face aux commentaires, aux sourires, aux mercis ? Qu’écrire encore sur l’écran ou le papier ? Peut-être ceci : « Vous êtes formidables ! » Si je dépose chaque jour l’impulsion de vivre qu’est ce besoin d’écrire, c’est parce que je suis intimement persuadée que chaque mot a une valeur humaine forte pour peu qu’on laisse surgir et s’exprimer son talent intérieur, sa voix, son souffle.

Certains passent ici et ne restent pas, d’autres lisent chaque jour ce que mon âme funambule dépose en poèmes, citations ou billets.

Mon univers est poétique avec un accent fort, vers plus de vie. Me lire, c’est trouver, je l’espère du moins, un tremplin, une confiance, un instant de beauté ô combien fragiles ! Cet éphémère et ce presque rien rendent un poème, une phrase ou signes si essentiels.

J’ai choisi comme surnom Plume funambule, gardant malgré tout nom et prénom de naissance, comme l’authentique sceau de mes encres vagabondes. Je suis sans cesse en équilibre sur le fil d’un écrit qui trace son destin dans un mystérieux bouillon de vie.

Aujourd’hui, je sais que ma place d’écrivant est auprès de vous. Je ne doute plus, j”écris.

Merci pour votre fidélité ici et ailleurs. Merci pour vos regards toujours plus nombreux. Merci pour ce lien indéfinissable d’une plume et d’un regard. Merci d’être Vous et d’exister.

À très bientôt.



Sandra Dulier, plume funambule, le 11.04.2018


 

 


✑ Francophonie ✑ Autoédition ✑ De vous à moi

Ajouter un commentaire